Bay chabon, lajénès ka kléré !

Bonjou lézintènot,

Chez moi, en Martinique, on a une expression « Bay chabon » — lè yo diw « bay chabon » sé pou diw fè débrouya — la traduction courante est « accélérer« . Mais il me semble aussi (corrigez-moi dans le cas contraire) que selon la situation le sens varie. Et que globalement, il a pour signification « carburer » et dans le sens figuré du terme, on peut l’adapter.

bay chabon lajénès ka kléré

Avant que je ne me perde plus dans des questions linguistiques… sachez que dans cet article, j’avais envie de vous présenter des jeunes avec des idées, des visions (comme il y en a d’ailleurs beaucoup en Martinique et je ne doute pas du fait que vous le sachiez). Des lumières auxquelles vous pouvez contribuer en alimentant le feu pour qu’elles continuent de briller ! Voilà la signification du Bay chabon !

Je vous parle aujourd’hui d’actualité. J’en ai peu l’habitude, mais vous savez, les idées, les envies, la part du colibri… Alors voilà, lajénès débrouya, obidjoul, vayan… dans une nouvelle catégorie que je murie depuis bien longtemps mais qu’un perfectionnisme persévérant aura bien trop retardé « Jénès obidjoul » (so stay tuned).

Jénès débwouya

C’est le titre du documentaire du réalisateur martiniquais Joris Arnolin qui sera diffusé à l’occasion du mois du film documentaire désormais coordonné par Ciné Woulé Company en Martinique.

Dans Jénès Débwouya, Joris partage la parole, je dirai même « les paroles ». Elles tentent alors de répondre à la question « Qu’est-ce donc qu’être « jeune » et « antillais.e » en ce XXIème siècle ?« .

Un film à faible budget et à équipe réduite mais qui a le mérite de documenter un sujet intéressant et de mettre en lumière des parcours qui le méritent. Pour cela, il nous propose un témoignage de sa confiance en la jeunesse de son péyi :

en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane, comme dans l’hexagone, j’ai eu l’occasion de croiser de nombreuses personnes jeunes (en âge ou dans leur tête) qui m’ont impressionné par leur sagesse et leur observation du monde. Ce film est destiné à leur rendre hommage et témoigner de la part de sagesse des populations jeunes. Car comme on dit chez moi : « Gran kouté piti, piti kouté gran« 

Joris Arnolin

Ce tournage a commencé il y a 10 ans, en 2009 et a donc bénéficié d’un faible budget, raison pour laquelle le réalisateur avait fait appel pour au soutien de chacun à travers cette cagnotte collaborative (je vous laisse y trouver toutes les informations).

J’ai eu l’occasion d’assister à l’avant première de ce film. Et je vous le recommande : Mercredi 6 Novembre 2019 à Tropiques-Atrium à 18h30

Découvrez le film "Jénès Débwouya"

Dans le cadre du MOIS DU DOC, nous vous invitonsà découvrir:"Jénès Débwouya" de Joris ArnolinLe mercredi 6 Novembre 2019 à 18h30à la salle Case à Vent du bâtiment Tropiques Atrium.Projection GRATUITERenseignements et Infoline:0596 71 96 160696 21 29 35chantal.sacarabany@orange.frsupercine972@gmail.com#cinéwoulécompany #festival #documentaire #docu#martinique #cinéwoulé #cinémamartinique

Gepostet von Cadice Ciné Woulé am Montag, 4. November 2019
La débrouyardise !

Jénès obidjoul

Chak bèt a fé ka kléré…

Chak bèt a fé ka kléré pou nanm, chak bèt a fé ka kléré pou nanm yo… Matinik sé an tè de solidarité, nou ka fé sa ki fo pou sa nou sé dé solda

YAWA

Qu’on se le dise, c’est yon a lot, nous nous donnons la force et c’est comme ça que nous avançons. Continuons à parler de cette jeunesse, de quelques-uns de ses engagements, de la façon par laquelle nous pouvons contribuer à son avancement…

Hommage à Ti Blica

Ti Blica est un artiste qu’on ne présente plus et qui nous a quitté alors qu’il n’avait que 19ans il y a bientôt deux ans. Il est un artiste qui s’illustrait dans le dancehall « shata » pour faire danser, et pouvait aussi poser des paroles pour apaiser, toujours dans la gaité.

L’année dernière, un documentaire a été réalisé sur sa vie. Un peu déçue de n’avoir pas pu le voir. Derrière celui-ci ? Blicassty à la production et la journaliste Vina Nodin (Après Africa 24, RCI aujourd’hui il me semble).

Vidéo un peu longue mais très importante…Regarde la cela t’aidera à comprendre le combat!Liens de la cagnotte : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/concert-hommage-ti-blica

Gepostet von Blica family am Samstag, 2. November 2019
Blicassty explique son projet

Aujourd’hui, son grand frère et artiste, Blicassty lance une cagnotte afin de financer un concert en hommage à Ti Blica. Je n’ai pas eu le temps de vous le dire encore, mais j’ai expérimenté la production/diffusion en spectacle vivant avec ART POWER (Jazz à la Pointe) cette dernière année. Et l’envers de l’évènementiel, ce ne sont pas des vacances !

Pour le moment, exceptée la date, Blicassty n’a encore donné aucune précisions. En tout cas je lui souhaite que cela aboutisse je sais le repos que n’est pas la production de concerts !

Si vous souhaitez y contribuer : retrouvez la cagnotte > ici < !

Jénès vayan

Shout out (fè limyè asou) sur des jeunes qui ont attirées mon attention !

La première s’appelle Alexane Ozier-Lafontaine. Vous avez peut-être déjà lu ou entendu son nom quelque part ? Et pour cause, elle n’a pas sa langue dans sa poche. En 2017, elle a lancé une pétition « Pour que les professeurs de français apprennent aussi que Victor Hugo était aussi raciste ».

Cette année, elle a également réalisé une vidéo pour expliquer son hors-sujet volontaire à l’épreuve de Littérature au BAC.

Pourquoi j’ai BOYCOTTÉ l’epreuve de littérature du bac L de cette année qui portait sur un roman du RACISTE NOTOIRE Victor HUGO.

Gepostet von Alexane Yva Ozier-Lafontaine am Donnerstag, 11. Juli 2019

Cette jeune martiniquaise vient de publier un article dans le magazine The Funambulist qui se veut une plateforme où différents types de voix peuvent se rencontrer en bravant les frontières géographiques.

Il s’intitule « Decolonizing high-school education in Martinique » et est issu du 26 ième numéro intitulé « KIDS OF THE WORLD, UNITE!« . À ses côtés, on peut retrouver notamment Amandine Gay (pour rappel Amandine Gay est la réalisatrice de Ouvrir la voix, dispo en VOD au passage !).

Autant vous dire que je ne vous conseille pas seulement de lire l’article satirique et comique d’Alexane Ozier-Lafontaine mais également de consulter la revue en entier !

Vous le savez, je suis sensible à la pédagogie, à la mémoire, à l’histoire, à la confiance et la conscience en l’histoire de la Martinique… C’est d’ailleurs pour cela que la rubrique Histoire est l’une des premières du blog, et qu’elle se retrouve aussi dans les projets radiophoniques (Rubrik Storik).

Et si l’historiographie elle-même me laisse penser qu’il ne faut rien attendre, que les institutions en place ne laisseront pas à l’histoire, au respect, à l’honneur, à la dignité et à l’humanité la place qu’ils méritent (ce n’est pas du pessimisme, c’est simplement que le colonialisme assumé ne peut, selon moi, pas rimer avec le respect de l’humanité et tout ce que cela implique, (rappelez-vous, au début de la phrase, il y avait un « si » ^^, voici maintenant la suite de la phrase) l’audace de cette jeune fille est à saluer !

Le changement devra, je pense, être beaucoup plus profond et envisagé avec sérieux. En attendant, je continue à partager… et je ne suis pas seule ! Loin de là !!!

Jénès douvan douvan

D’elle je ne sais pas plus que cela : Elle est entrepreneure de la marque Fanm Ata, réalise des « perles de tailles », « binbin » ou encore comme elle a choisi de les nommer en Martiniquais : « Maré ren’w ». Je vous conseille d’apprécier comme moi les détails la description par ici. Et derrière le nom « Ata », figurez-vous que l’on retrouve la langue Kriba de Sakaba (on en a déjà parlé par rapport à la scénographie de Noss DJ ainsi que l’installation Matinitjé ? de Yannis Sainte-Rose).

Bref, au delà du fait qu’elle ait monté un joli projet plein de sens, je viens vous parler de cette jeune femme pour son engagement. Tout comme moi, vous l’avez peut-être découvert après la mobilisation à l’aéroport… Et pour cause, toute l’action a été suivi via son compte. Peut-être aussi que comme moi vous l’aviez vu passer furtivement en TV.

View this post on Instagram

Non, le drapeau de la Martinique (1968) ne s’inspire pas du tout du drapeau de la Palestine (1988) do the math 🙄 Non, aussi incroyable que ça puisse paraître, le drapeau Martiniquais ne s’inspire pas du tout de Marcus Garvey et du drapeau panafricain, puisque Mr Lessort ici présent, celui qui a choisi les couleurs, ne connaissait ni Garvey, ni l’idéologie panafricaine à l’époque 🤷🏽‍♀️ Non, ce n’est pas non plus le drapeau des indépendantistes ou de Garcin Malsa, puisqu’en 1870, des martiniquais brandissaient déjà ces couleurs lors des insurrections🤔… Mr Lessort nous a raconté qu’en prison à Fresnes, il pensait à son île et à sa condition. Il avait d’abord choisi du rouge (pour le sang de nos ancêtres qui a coulé), du vert (pour la nature qui nous entoure et notre Terre Mère) et du jaune (pour représenter le soleil) Son camarade de cellule Mr Désiré, lui aussi martiniquais, enfermé pour avoir osé lutter, lui dit que le soleil est présent partout mais qu’en Martinique des femmes et des hommes noirs ont lutté pour notre liberté, nos droits et nos vies. En Martinique, des femmes et des hommes noirs se sont battus contre l’injustice et l’oppression du peuple noir. Le rouge, le vert et le noir furent donc choisis, par des martiniquais, pour des martiniquais. Des martiniquais enfermés, privés de liberté pour s’être battus pour leur peuple. Guy Cabort Masson et Alex Ferdinand, eux aussi très actifs dans le combat pour leur peuple, ont ensuite disposé le drapeau tel que nous le connaissons aujourd’hui. Nous ne sommes pas dupes, nous savons très bien à qui cela profite que nous soyons sans repères, ou que nos repères soient issus de jeux concours. En tant que martiniquais il est difficile d’avoir accès à notre histoire, notre véritable histoire, mais maintenant qu’on la tient, on lâchera rien. Misyon an ❤️💚🖤 #matinik #martinique #madinina #ig_martinique

A post shared by Empress 🌶 (@jay_asani) on

C’est finalement tout à fait par hasard que j’ai découvert quelques postes de la jeune martiniquaise. Vous pouvez la voir ici aux côtés des Messieurs Lessort (cf l’OJAM et le Drapeau de la Martinique) et Reinette (cf l’ARC).

La difficulté de s’approprier notre histoire réside dans le fait qu’elle n’est pas enseignée et que les sources existantes ne sont pas connues par tous. Mais je suis heureuse de sentir que certains ne sont pas démotivés par rapport à cela.

J’espère que vous avez apprécié le partage de ces profils, projets, réalisations qui s’approprient leur histoire (dans tous les sens du terme).

Laury

Alychouette aime la poésie dans les mots, les images, les photos, les yeux, les sourires, les instants, les lieux… Elle aime la mangrove, l’eau et naviguer dessus, les randonnées, les belles personnes (un peu tout le monde quoi), elle aime apprendre et partager, elle aime les médias : radio et web particulièrement pour leur capacité à favoriser le partage ! La suite sur la page "Présentation" ;-)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.